2017 année élastique

L’art est spéculatif comme la finance, permet de vivre le futur dans le présent.
The experience of the aesthetic is – for all that it is fictive – no less an experience (Adorno).
« The mere existence of “art” testifies to the insufficiency of life. A performance indicates to the audience “what if things were this way…” – and for a moment they are. (Andrew Hewitt).
La phrase de Khrushchev en 1964 s’adressant aux peintres non figuratifs de Moscou est revendiquée ici : « Private psycho-pathological distortions of the public conscience ».
Les trois raisons d’un art participatif (Claire Bishop):
L’occident : lutter contre l’individualisme, « le vivre ensemble » (le « devoir de l’artiste » (jf), « aller à la rencontre avec l’autre » (jf).
L’Amérique latine : faire prendre conscience aux gens de leur condition sociale pour les faire réagir (la croute au mur 2002-2017 d’acote.be (jf).
L’URSS (Collective Actions Group): had no such agitationary goals. It was, rather, a means of experiencing a more authentic (because individual and self-organized) mode of collective experience than the one prescribed by the state in official parades and mass spectacles.
« L’art est une suspension de l’éthique » (Antje Hildebrandt).
« Participation here denoted the possibility of producing individual affect and singular experience (la mienne pendant les déambulations), relayed through a meditative relationship to language(comme le présent texte) that in turn presupposed collective reception and debate (présence en facebook). »
« In face of the increasingly extensive commercialization of art on a global scale, it is possible to observe a search for alternative forms of communication and cooperation, which link art back—outside its market and mass-media circulation—to an investigation of one’s own conditions of perception and understanding » (__http://conceptualism.letov.ru/).
Si on accepte la division entre l’art et la vie, l’art devient pur divertissement, si on n’accepte pas cette division il devient pure revendication, c’est dans la tension entre ces deux pôles, dans le clivage, dans l’à coté, qu’on peut comprendre ce qui se joue.

 

MARIO HORENSTEIN a publié ce texte sur son __fb le 21 décembre 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*